PARTI DES FOURMIS
PDF
PEOPLE'S DEMOCRATIC FRONT  
Accueil
Actualité
APRICOSOMA
Archive
Archive (2012)
Archive (2013)
Archive (2014)
Contact
Credo
GMT
Idéologie
Interview
Jubilé
Le Président
LE PARTI DES JEUNES & DES INTELLECTUELS
Arme de la Construction Massive

Message de fin d'année

BONNE ANNEE 2011 A TOUS!


Dimanche 19 décembre 2010. Cela fait exactement vingt(20) ans aujourd'hui que le Cameroun se dotait de certain assortissement de lois, au cours de memorable session legislative, relative a l'exercice élargi des libertés publiques; inscrites , tout aussi remarquablement, sous la pression appuyée de certain «vent de l'Est»...

Les instances gouvernementales, sous d'autres cieux, auraient bel et bien dû saisir l'occasion de cet anniversare pour le hurler sur les toits, haut et fort, et ce, en se tapant bruyamment la poitrine!...Où en sommes - nous au juste, en date, cher Homme - président qui, de mémoire, affirmait vouloir laissé, de lui même, l'image de celui qui, à son peuple, aura apporté et la démocratie et la prospérité?N'y a-t-il pas lieu d'établir quelque bilan… bi-décennal de vos lois de 1990 ; en l'occurrence, du chemin «apologétique» ainsi parcouru, porteur du développement d'un peuple camerounais de plus en plus épanoui, voire, résolument comblé ; et ce, au détour de telles assises, mono-partisanes, suivies de promulgation effective desdites lois ce 19 décembre 1990 (mercredi)?

La lacune - ou plutôt, le présent 'oubli' de gesticuler - indique, à tout le moins, le degré d'étourderie de certain pouvoir d'Etoudi (Yaoundé). Plus enclin à s'offrir, en multipliant pour lui-même (et tout au long de l'année), des 'brefs séjours privés en Occident ; à octroyer exclusivement, de l'autre main, et des primes et des médailles et des monuments de référence ; en un mot, tous les avantages possibles de ce monde à son aristocratie militaire, si heureuse de jouir aussi isolément qu'égoïstement ; si contente de prospérer toute seule, sans regarder autour d'elle, le reste du peuple qui, quasi - désespérément, croupit dans son odieuse misère !... Moins enclin, M. Paul Biya, pour tout dire, à s'activer résolument pour la promotion effective et objective du bien - être rayonnant de tel (ou tel autre) citoyen lambda, issu de tel (ou tel autre) village anonyme, le plus reculé du Triangle national, et ce, par la seule et simple tenue régulière des… conseils ministériels…

Autant (constater et) dire, Citoyen(ne)s camerounais, que les lois précitées n'étaient guère aussi 'cadres' qu'on l'avait prétendu ; ni du tout historique ; à l'instar de certaine (loi) de Gaston Deferre, datée du 23 juin 1956 et ayant précisément balisé la naissance effective de l'Etat du Cameroun, survenue ce 10 mai 1957… Aussi clair que cela soit, il nous a paru nécessaire, en cette veille de 2011, de vous inviter à bien vouloir en particulier, ultimement rester pensif ; profondément garder la posture contemplative ; sereinement conserver l'attitude méditative, cet exceptionnel samedi 1er janvier 2011… Grave Instant de la clôture, symbolique et classique, du… Cinquantenaire de l'Indépendance du Cameroun… Minute de recueillement, le «vert-rouge-jaune» hissé! Heure opportunément sublimée, de son côté, par la traditionnelle Messe pontificale, en ce jour précis, qu'organise à Nsimalen l'Archevêque - patriote de l'Eglise catholique romaine qui est à Yaoundé, SE Mgr. Victor Tonye Bakot… Moment intense, à n'en pas douter, mais qui, malheureusement, sera vécu à Yaoundé sous la camisole embarrassante et fort malaisée de l'enseigne oblique de… Razel. Société étrangère des travaux publics, installée au Cameroun depuis les mémorables années 50 du sang des nationalistes. Symbole vivant de l'arrogance infatuée de certaine puissance coloniale, en perte de vitesse certes, face à la Chine ! Mais, qui, nonobstant, s'obstine à écraser littéralement et les esprits et la mémoire d'un peuple camerounais, et ce, par envoûtement clair et net de son symbole, le plus glorieux qui soit : le Monument de l'Indépendance de la Cité - capitale, sis à l'Hippodrome. Ce dernier qui, justement (et en la date précitée, précise et consacrée), affichera l'hideux visage de l'un des multiples chantiers de la honte républicaine, abandonné sans façon, et ce, en pleine célébration du Cinquantenaire même de ladite Indépendance, sis au siège sacré de nos institutions… Bien vouloir, toutefois, conseillons-le nonobstant, nullement perdre de son sang froid, face à la gravité d'une telle… provocation! (France, mais vraiment, méfiez-vous un peu, tout de même!)... Croyons plutôt fermement, Citoyen(ne)s camerounais, que le temps est enfin venu de négocier sereinement, sans se laisser distraire, l' «Avenir commun de tous - en lieu et place du " présent séparé " de certains…»" :

- Comment, en effet, ne pas saluer l'aboutissement heureux du glorieux combat de l'historique Opposant guinéen, SE Alpha Condé qui, après plus de cinquante (50) années de harassante 'traversée du désert', vient enfin de «sortir d'Egypte» son peuple guinéen, de facto promis à certaine perspective d'Avenir plus reluisant ?...- Comment ne pas déplorer une telle déferlante, rédigée, imprimée, puis, régulièrement parue dans les colonnes soporifiques du grand quotidien national, Cameroon Tribune, ainsi confiné, encore en 2010, dans ce rôle inexpliqué d'organe de propagande de parti, fut-il au pouvoir ? Comment ne pas regretter une aussi constante que curieuse marrée de soutiens à l'Homme - président, en poste depuis 28 ans, signés de temps à autre par la même flopée de candidats libres à Kondengui qui croit revenir toutes les deux semaines appeler ce modificateur de mars 2008 de la Constitution de son pays, l'encourager ainsi à couvrir (éternellement ?) leurs crimes économiques et autres en s'enfermant et s'éternisant dans la jouissance effrénée des privilèges du pouvoir ; en briguant, une fois de plus, en 2011, son énième septennat, et ce, malgré la clause de l'Union africaine (Ua) portant forclusion de sa candidature, du moment où sa démarche, aux yeux de l'Ua, le place d'emblée au rang prévu et dégradant des… putschistes connus?...

-Que conclure en passant de l'emprunt obligataire récemment lancé par le Ministère des finances, sinon, qu'il indique bel et bien le dilemme réel des bonnes initiatives de développement socio-économique ; elles qui, littéralement, se trouvent entravées par les conditions draconiennes de la Beac, indexant en passant une telle absence prolongée de l'exercice de la souveraineté monétaire - longtemps revendiquée pourtant par des leaders bien connus ?...

- Que dire, aussi et surtout, de la République - Sœur de Côte d'Ivoire, unique absent, fort remarqué, à Paris, le 14 juillet 2010 à certain «Cinquantenaire» des préfets africains de la France, et qui n'en récolte pas moins en date les raisins de son outrecuidance, de sa témérité ; et ce, au grand désespoir dudit peuple de l'Afrique, pays du monde qui, lui, ne demande qu'à s'épanouir aussi, pacifiquement et souverainement, en l'occurrence, dans le strict respect de ses institutions ?... A quand, au demeurant, l'avènement de la tant attendue fédération des Etats Unis d'Afrique, pour laquelle, N'Krumah, d'outre-tombe, suivi en date de Gaddafi, Leader de la Jamahirya, continuent à prêcher aussi solitairement, tel un certain Jean - Baptiste en désert proche-oriental ?... Ou en plus, que retenir de l'octogénaire Robert Mugabe qui, trois (3) décennies après ses prometteuses «fleurs» de 1980 - vivement saluées à l'époque car, d'autant plus conquises sous la barbe du Ian Smith britannique par telle Icône du patriotisme africain - n'en sombre pas moins en date sous l'usure de ses 30 ans de chrysanthème autocratique, tant il estime encore que son avenir en ce même fauteuil serait toujours devant lui ? Incapable, en l'occurrence, de copier le modèle de hauteur de… Nelson Mandela, son illustrissime voisin immédiat qui, lui, quittait les affaires sur la pointe des pieds, cinq (5) petites années après (1996), pour naviguer, depuis lors, au glorieux firmament de la Valeur universelle ; et, de là, assister citoyennement à l'ultime couronnement de son Afrique du sud, en l'occurrence, sa récente évaluation à 9/10, suite à son hébergement, en 2010 et en grande première africaine, de l'une des plus époustouflantes agapes de la grande Histoire du ballon rond ?... Pourquoi ne pas enfin saluer ce Wikileaks - là, signal nouveau ; certes, révélateur des horizons tout aussi spacieux de vérités (si bonnes à lire !), du fait de leur exactitude inattaquée, déclinant au demeurant les coudées élargies de l'actuelle société de l'information, en général ; son Internet, en particulier, ne nous ayant toujours pas en date entièrement dit jusqu'où il pourrait bien aller avec nous, en sa qualité de vecteur des lumières toujours plus étincelantes - dont nous raffolons tous et unanimement - ; en mesure, ces lumières, d'éclairer graduellement les ombres de ce Monde qui en a tant besoin ; de lever, à juste raison, autant de lièvres inattendus ?... Autant d'interrogations sur la marche du Monde...

En 2011, le Cameroun, quant à lui, devra clôturer, bon an mal an, et ce, officiellement ou non, ses célébrations décrétées, in extremis et du bout de la plume, de l'Indépendance et de la Réunification… Le Cameroun, à nouveau, connaîtra par ailleurs, sauf imprévu de toute dernière minute, l'une de ses plus intenses joutes électorales : la présidentielle.

Et, du coup, des (environ) 300 formations politiques légalisées en date, il faudra bien s'attendre qu'en émerge à tout le moins, subvention au bout de la clé, quelques cinquante petites candidatures, face à certain Goliath (déjà sur la ligne de départ), à la conquête de la magistrature suprême… Cinquante programmes ? Peut-être - ou plutôt, à coup sûr !

Mais, l'essentiel n'est - il pas, encore et toujours, de savoir dans quelle mesure le Travail, en l'occurrence, le 'principe actif' de l'antique et intangible Devise du Cameroun, Paix - Travail - Patrie, retrouvera, au bout dudit exercice, sa plus juste place de promoteur exclusif de notre Développement ?Autrement dit, à quand le retour tant attendu à… l'Etat du Cameroun ; retour aux Attributs de la souveraineté nationale - Hymne ; Drapeau ; Devise ; Armoiries - remontant à ce 10 mai 1957 ?...

A quand le grand Retour, pour tout dire, à ce Travail des… fourmis (qui ne sera jamais ni celui des éléphants, ni celui des lions en poste)?That's actually the real issue to be tackled, sooner or later, in this our country.

(19 décembre 2010)


Daniel Boo, PP/PDF
Premier Président
uhdbo@yahoo.de




Archive

Récentes Publications:

Copyright©2005 PDF. Tous droits réservés.