PARTI DES FOURMIS
PDF
PEOPLE'S DEMOCRATIC FRONT  
Accueil
Actualité
APRICOSOMA
Archive
Archive (2012)
Archive (2013)
Archive (2014)
Contact
Credo
GMT
Idéologie
Interview
Jubilé
Le Président
LE PARTI DES JEUNES & DES INTELLECTUELS
Arme de la Construction Massive

CENTENAIRE DES MARTYRS D’AFRIQUE (1914-2014)

HOMMAGE A FERNANDO D’ALMEIDA (1955-2015)

«Que chacun de vous utilise pour le bien-être des autres, le don particulier qu’il a reçu de Dieu (1 Pierre 4 : 10)»

24février 2015 (mardi). Aussi bien orchestrée que savamment exécutée, la plus belle des Symphonies du monde — de Mozart, l’Autrichien; de Rameau, le Français; ou de Paganini, l’Italien — aussi réussie soit-elle, a naturellement son début et sa fin...
Comme un cri non coupable, seul soleil du Soleil! Dès qu’elle a barré la une de un, de deux, pis, de plusieurs journaux connus, affichés en les abords agglomératifs des rues de nos Cités, pour des clins d’œil si avides d’infos, insolvables cependant et bien souvent, la nouvelle de Ton départ de ce monde, ad vitam aeternam!...
Appel ferme; ou bien plus! Harmonie typique de cette cloche-là, de mon pavillon droit perçue, sonnée de la main même du prototype incontesté de la muse antique. Patriarche établi de la faune locale, en ce Camaroes, des rêveurs utopistes : Louis Marie Pouka, man Ndog Njé. Qui, à l’instant même, me secoue! Pour me sortir (momentanément?) de ma têtue torpeur de... fourmi politique. Plus polémiste que poète — nul secret dévoilé!
Ne revenons surtout pas, oublions carrément même ledit jeu, favori, de moi, la cymbale de Massok!... Musicien Nok, appelé à prendre luth et mandoline, et guitare, harmonieusement grincée! Composition spéciale, pour élogieuses notes à l’honneur de celui qui s’en va! Question de baliser promptement le Tombeau de l’Aède : le bénino-camerouno-portugais, Fernando d’Almeida (1955-2015), l’un de nous... Exactement ce qu’avec son long poème, inséré en octobre 1983 dans la revue ‘Ethiopiques’, dédié à Maguilen Senghor, il faisait du Fils du Kaïlcédrat de Joal, fauché à Popenguine, Dakar (Sénégal), au détour écœurant de son fatal accident de la circulation...
(Dieu, mais quelle horreur!).
Salut donc à Toi, d’Almeida, le grand orfèvre de la belle tristique qui, de nos paupières, s’éclipse. Fermement, mais alors, définitivement! Quelle prise de congé de ces rayons tropicaux du transcendant Soleil, irradiés en direction du secteur équatorial, sis au golfe de Guinée!
Et Maguilen, de Papa Sédar, de Te réserver d’emblée le grand sourire d’accueil, aussi enthousiaste, à bras ouverts!
Et Césaire et Damas, et La Fontaine et Hugo, Apollinaire et Soupault, Tirolien, Hampaté Ba, Eyinga Abel, Mongo Beti. Et Tchikaya et Birago et Rabemananjara, de Dadié à Ranaïvo. Pourquoi arrêter, juste Ciel, n’en extraire, jusque-là, que des noms de tant de morts (qui ne sont pas morts) de la prestigieuse liste des Immortels engagés?... Tant de précurseurs, Seigneur, du saint Calice élevé, tendu vers l’Eternel! Alors bu, jusqu’à la lie du combat utile, mené au fil des siècles et au bout des formules. Gerbes si bien liées, à parfum de paraffine! Aphorismes soufrés, plus assassins qu’il n’y paraît!
Autant de clous de girofle, combien de jolis mots : syntaxes philologiques, plantées en le sol avéré fertile, des jardins jalonnés des gitans!...
31, pour en parler, n’est — ce vraiment pas le chiffre primal et le nombre premier des jours du plus fourni des mois du calendrier grégorien, usité à l’échelle universelle?
Vérifions le décompte, pour voir s’il n’est pas bon : de 1984 à 2015, année fatale de Ta révérence finale. 31 ans exactement, là où s’est arrêté notre cendrier commun, depuis que Fernando et Daniel effectuaient leur toute première rencontre physique à Yaoundé (Cmr). Ecole normale supérieure (Ens). Secrétariat du chantre de l’Excellence, et non moins, Directeur dudit établissement, ex-Mincom : Professeur Ebénézer Njoh Mouelle.
Et le train des poètes, de s’ébranler de la gare! Plus rien n’étant plus resté comme avant. Interaction synergique, en direct ou à distance — appelons à ce niveau, plutôt le chat, chat...
Communication effective de deux (2) contemporains, mordus de la même muse précitée de Pouka. Tous les deux, nés en ces années magiques de la décennie 50. Espace-temps de la frondaison effective du Cameroun politique : du célèbre Congrès de l’Upc (1952) aux trois (3) voyages inédits, à l’Onu, de Ruben Um Nyobe; de la loi-cadre Deferre (1956) à la création effective de l’Etat du Cameroun (Armoiries, Devise, Drapeau, Hymne, Nationalité, ce 10 mai 1957); enfin, but not the least, de l’assassinat froid du Leader nationaliste précité (13 septembre 1958). (Parlons bas pour le dire, quelle densité exclusive — et quel poids historique!)... Sur le plan idéologique, Tu me signales sans ambages, Fernando, Ton penchant affectif pour le marxisme léninisme. Aligné, Tu l’étais à l’instant, derrière Paul Dakeyo, poète camerounais, des éditions Silex installées à Paris (France)... Je ne partage guère ladite inclination vers le rouge, du Kremlin ou de Beijing... Je Te laisse cependant disserter, avant que de revenir, le lendemain, avec la citation tirée de Germinal d’Emile Zola, le grand classique. Te remettre l’attitude, spécialement imprimée, du grand patron, M. Hennebeau, directeur du Voreux, la fosse minière, faisant face à cette grève des mineurs, germination de plus en plus amplifiée... Foule en furie observée de sa fenêtre, qui avance en hurlant sa rage, fortement convaincue : «Du pain! Du pain! Du pain!»... Totalement écœuré, le Directeur du Voreux qui, lui, éprouve aussi sincèrement de la franche pitié pour ces pauvres hères qui ne savent même pas que la réalité, pour ce mari qu’il est, impuissant et cocu, est beaucoup moins reluisante qu’ils ne le pensent! Eux qui, au moins s’accouplent, encore si librement... Ecoutons par-ci sa réplique, ou mieux dit, les larmes de M. Hennebeau qui se frappe genoux et pieds : «Il mangeait, lui, et n’en râlait pas moins de souffrances. Son ménage, ravagé, sa vie entière, endolorie, lui remontait la gorge en un hoquet de mort. Tout n’allait pas pour le mieux parce qu’on avait du pain. Quel est l’idiot de la Terre qui mettrait le bonheur de ce monde dans le partage de la richesse? Ces songes creux de révolutionnaires pourraient bien démolir la société pour en rebâtir une autre. Ils n’ajouteraient pas une joie à l’Humanité. Ils ne lui retireraient pas une peine en coupant à chacun sa tartine. Et même, ils élargiraient les peines du monde. Ils feraient un jour hurler jusqu’au chien de désespoir, lorsqu’ils les auront retirés de la libre satisfaction des instincts, pour les hisser à la souffrance inassouvie des passions... Non, le seul bien serait de ne pas être. Et, si l’on était, d’être l’arbre, la pierre. Mieux encore, le grain de sable qui ne peut saigner sous le talon des passants».
De quoi rire? Peut-être! Phrase magique, dans tous les cas! Prophétie zolaïenne, de l’auteur des Rougons Macquart, produite en ce Germinal qui, des siècles bien avant, aura exactement prédit la chute de certain... mur de Berlin, encore ni conçu en date, ni du tout construit... Je me réjouis de révéler comment j’aurai, en conversant, ébranlé le marxisme — léninisme de ce confrère poète qui, en toute honnêteté, le reconnut humblement... Je n’oublierai jamais son intérêt particulier pour certains de mes poèmes contenus dans mon recueil intitulé «Ma Figue... et mon Raisin», publié chez Grassin (Paris, 1985). Morceaux de choix, retenus par ses soins, pour paraître, en la prochaine édition d’Ethiopiques dont il fut le représentant à Yao... Tenez! Longtemps encore, l’on se souviendra des années 80. Age d’or du gqn (grand quotidien national), Cameroon Tribune, marqué par la densité exceptionnelle des chroniques littéraires signées de Fernando, publiées en ce canard où il roula sa bosse... Enseignant à Douala, après son doctorat, nous n’étions plus aussi proches... A peine, le rencontré-je un soir, pour un mémorable tour de jus de castel à Bali. Par la suite, vraiment plus rien!... Repose en paix, cher prototype de mon espèce. Ton tombeau, refermé pour toujours, aura certainement la forme de ce Livre, appelé à perdurer, échappant de facto à la fugacité de la temporalité, bassement matérielle. N’est-ce vraiment pas l’essentiel du contrat du Travail divin, le bon Travail des fourmis qui nous est imparti en ce séjour terrestre? - Adieu! Adieu! Fernando! Adieu!...

Yaoundé, 26 février 2015         

© Daniel Boo Kigwé, Dipl.-Ing.        





Actualité

Récentes Publications:

Copyright©2005 PDF. Tous droits réservés.