PARTI DES FOURMIS
PDF
PEOPLE'S DEMOCRATIC FRONT  
Accueil
Actualité
APRICOSOMA
Archive
Archive (2012)
Archive (2013)
Archive (2014)
Contact
Credo
GMT
Idéologie
Interview
Jubilé
Le Président
LE PARTI DES JEUNES & DES INTELLECTUELS
Arme de la Construction Massive

HISTORIA

Mémoires d’Esclave et Avenir commun

Février : mois institué de l’Histoire des noirs américains. 2013 : Année du Cinquantenaire (50) de l’Union africaine (UA, 1963) ; et du Cinquantenaire (50) de l’Assassinat de John F. Kennedy (1963) ; et du Centenaire (100) des naissances de Rosa Parks et de Ruben Um Nyobe (1913) ; en symphonie remarquée avec le Tri-cinquantenaire (150) de la proclamation (1863) de l’émancipation des esclaves, par Abraham Lincoln.
Jubilé pluriel donc – et non moins convergent – de la condition humaine.
Qui, mieux que l’esclave Gustavus Vassa, serait le mieux placé, pour la retransmission, authentique et câblée, de l’Horreur, en direct de la… cale !,
Nous édifier profondément, par l’une des plus poignantes pages de ses palpitants mémoires ? :
« La première chose qui me frappa, à mon arrivée sur la côte, fut la mer; et le bateau négrier, ancré; dans l’attente de sa cargaison. Ce qui, d’emblée, me remplit d’étonnement; effarement qui, bientôt, se convertit en terreur, quand on me traîna à bord...
« J’eus alors la conviction d’être tombé dans un monde d’esprits maléfiques – qui allaient me tuer…
« En explorant du regard ce bateau, je vis une large chaudière de cuivre bouillonnante; une multitude de Noirs, de toute description, enchaînés ensemble; leur visage, exprimant l’abattement et le désespoir! Je ne doutai plus à l’instant de ma destinée fatale…
« Et, submergé d’horreur, accablé d’angoisse, je tombai, inanimé, et m’évanouis sur le pont…
« Quand, finalement, le bateau fut complètement chargé, ils se préparèrent au départ! Avec un bruit effrayant! C’est alors (et enfin) que nous fûmes placés en cale…
« L’exiguïté des lieux; la chaleur des tropiques!; la foule des gens entassés, les uns sur les autres! Le tout, de nature à enfumer les poumons, à vous faire suffoquer…
« Notre transpiration, s’ajoutant à toutes sortes d’odeurs épouvantables, de senteurs nauséabondes!...
« L’air, devenant de plus en plus irrespirable!...
« Intenable puanteur qui, en ce lieu, régnait, suicidaire d’y rester plus d’un moment…
« Et cette maladie, dont beaucoup moururent, et qui, instantanément, se répandit parmi les esclaves, victimes de l’avarice imprévoyante, si je puis dire, de leurs acheteurs.
« Situation pitoyable, aggravée par le poids insupportable des chaine en nos cous; pis encore, la saleté des baquets, dans lesquels, tombaient parfois des enfants, s’étouffant piteusement…
« Et les cris perçants des femmes! Et les plaintes des mourants, tout une étrange scène, faite d’effroi, surréaliste, à peine du tout concevable!...
« Un jour que nous naviguions par mer calme et vent modéré, deux de mes compagnons, enchainés l’un à l’autre et à bout de forces, (j’étais près d’eux à l’instant), préférant la mort à une vie de tourments, parvinrent à enjamber les filets, et se jetèrent à l’océan...
« Immédiatement, un autre compagnon, malade et abattu, fit de même; et je crois que bien d’autres en aurait fait autant si l’équipage, aussitôt sur le qui-vive, ne les en eût empêchés.
« Un brouhaha! Confusion propagée, accompagna l’effort de l’équipage pour arrêter le bateau, mettre les canots à la mer, et rattraper les esclaves…
« Rien n’y fit, pour les deux malheureux qui, sitôt, se noyèrent. Le troisième fut récupéré! Et ils le cognèrent, sans merci ! Pour avoir préféré la mort à l’esclavage »…

Historia vous l’a promis, en sa toute première édition!
Nous activerons la braise, constamment et sans démordre, pour raviver le Souvenir de cette Cruauté majuscule! Perpétrée, des siècles durant, sur les peuples noirs d’Afrique.
Remémorer la Violence, avec grand V! Inouïe! Occidentale! Qui ne nous permet plus la moindre illusion…
En cette Année du Cinquantenaire de l’UA (1963-2013).
Historia maintiendra le ferment de sa promesse, en les « noces d’or » de la mort, à Accra, du Professeur d’Histoire, William Edward Burghardt Du Bois (1868-1963). Premier noir diplômé de Harvard. L’un des plus grands leaders politiques et intellectuels du peuple noir américain. Auteur célèbre des « Ames du peuple noir (the souls of black folk) ».
En convoquant, pour ce faire, les réserves, potentielles, de notre cage : la charpente thoracique; et les ressources, recelées, de nos poitrines passionnées! Pour le hurler, haut et fort – et sur les toits!
Question de souffler, énergiquement, le tison de nos Espoirs légitimes! De ranimer le brandon du Réveil effectif! Combattre, en un mot, le « présent séparé » de certains, prêché à Monrovia (1963), puis, bêtement maintenu, plus de 50 ans après le soleil de nos indépendances!
Promouvoir, pour tout dire, ‘l’Avenir commun’ de tous, du Cap au Caire, de Dakar à Addis Ababa : les Etats Unis d’Afrique.
Prônés à Casablanca, il y a 50 ans de cela, par N’Krumah du Ghana (1963) ; poursuivi par Sankara du Burkina (1983); poussé à Syrte, par Kaddhafi (1999), le Jean-Baptiste, férocement égorgé par l’Otan ce 20 octobre 2011 (jeudi), en le désert de la Lybie. (A quand les Obsèques africaines pour le Leader de la Jamahirya ?).

Daniel Boo                




GMT

Récentes Publications:

Copyright©2005 PDF. Tous droits réservés.