PARTI DES FOURMIS
PDF
PEOPLE'S DEMOCRATIC FRONT  
Accueil
Actualité
APRICOSOMA
Archive
Archive (2012)
Archive (2013)
Archive (2014)
Contact
Credo
GMT
Idéologie
Interview
Jubilé
Le Président
LE PARTI DES JEUNES & DES INTELLECTUELS
Arme de la Construction Massive

HISTORIA

Les Sagas d’avril – mai 68

Le 04 avril dernier, un citoyen français, d’origine juive et de nationalité allemande, soufflait ses 68 bougies. Né le 04 avril 1945…
Pour comprendre un tel faste, exceptionnel, à Strasbourg, sis au parlement européen, lié à son nombre « 68 » des bougies précitées, invoquons, sans bavure, l’empreinte, la plus glorieuse, de cet Homme ! Son estampille, la plus pointue, dans la marche de l’Histoire : les émeutes françaises de « mai 1968 ». Celles-là qui, profondément, auront effectivement infléchi le destin de l’Hexagone. En l’occurrence, la vision, encore si élitiste, du système français d’éducation. Soulèvements organisés à la carte et dont l’apothéose restera en effet la chute, en cascade, et du Premier Ministre, suivi du Président de la République.
Bilan costaud, voire, on ne peut plus colossal ! Autant de conséquences, multiples, sur les plans politique, financier, sociologique, etc. ; signées et/ou catalysées par ce jeune homme, à peine âgé de… 23 ans !
Il s’agit en date du Député européen, écologiste : Daniel Cohn-Bendit.
Expulsé de la France, toute une décennie durant, de 1968 à 1978. Y étant revenu, à titre clandestin, ce même mois de mai 1968. Membre du « triumvirat » de choc, composé d’Alain Geismar et de Jacques Sauvageot. Les trois (3) figures de proue, estudiantines, qui, à partir de ce mois de mai, impulseront la plus vive ébullition connue, en les divers segments de la vie publique – scolaire, universitaire, industrielle, économique, financière, religieuse, etc. – de cette France de Charles de Gaulle1 ; et de son Premier Ministre, George Pompidou. Jusqu’à mener vers leur démission effective! En l’occurrence, la fin concomitante de la très respectable Vème République, issue de la deuxième guerre mondiale ! Constamment prise pour modèle en matière de stabilité.
S’en suivra, côté financier, la dévaluation du franc français, dès août 69.
Côté éducation, l’accès massif des jeunes à l’enseignement secondaire ; puis, en forte proportion, à l’enseignement supérieur. Et le revers, de s’en ressentir bientôt par ce chômage, endémique et massif, des jeunes, dès 1976 ; pis encore, l’accélération relevée, de l’autre main, du processus de… déchristianisation ; la systématisation remarquée de l’esprit contestataire en France, et ce, dans tous les domaines - administration, entreprises, éducation, information, etc.
Effet numérique, pour résultat concret : tant de grèves, intermittentes et récurrentes, à Rfi (Radio France international) – par exemple !
Etonnante coïncidence, survenue à des milliers de kilomètres de là, ce 04 avril 1968. Le même jour où Cohn-Bendit fêtait ses… 23 ans précités !
C’est un pasteur baptiste, créateur, en 1956, du « mouvement non violent pour la déségrégation et la reconnaissance immédiate des droits politiques du citoyen noir » ; auteur du célèbre discours, « I have a dream ! » ; le plus jeune Prix Nobel de la paix (1964) reçu, à 35 ans seulement : Martin Luther King Jr (1929-1968) qui, ce 04 avril 1968, fut lâchement assassiné aux Usa. Causant instantanément toute une vague de violences, abattues sur les ghettos de Washington DC, de Chicago, de Baltimore…
« Ils ont tué le rêveur, mais ils n’ont pu tuer le rêve ». Puisqu’en effet, depuis novembre 2008, un Noir, Barack Obama, occupe le bureau ovale ! Ci-devant, Président de la première puissance mondiale, la « toute première fédération du monde (1774) » : les Usa.
Des années bien avant ledit succès, c’est le « 15 janvier », date de la naissance - dudit « rêveur », organisateur de la célèbre marche de la paix sur Washington – qui, en ces Usa, devenait « journée fériée ». En hommage éternel à cet Apôtre universel de la non violence.
Y a-t-il de « rue Martin Luther » dans votre ville ? Y en a–t-il pour Um Nyobe dont nous fêtons en 2013 les 100 ans de la naissance, espace-temps choisi par le Soldat Samuel Mackit de l’Upc pour tirer, aussi glorieusement, sa présente révérence ? Tant mieux, si oui !
Pour le progrès, effectif, toujours plus renforcé, de la condition humaine. La promotion, tant souhaitée, de l’‘Avenir commun’ de tous, en lieu et place du « présent séparé » de certains : les Etats Unis d’Afrique.
En cette Année du Cinquantenaire de l’Union africaine (UA, 1963 – 2013).

Daniel Boo           


  1. « La réforme, oui, la chienlit, non ! ». Phrase, restée célèbre, du président de Gaulle à Paris, ce 19 mai 1968.




GMT

Récentes Publications:

Copyright©2005 PDF. Tous droits réservés.