PARTI DES FOURMIS
PDF
PEOPLE'S DEMOCRATIC FRONT  
Accueil
Actualité
APRICOSOMA
Archive
Archive (2012)
Archive (2013)
Archive (2014)
Contact
Credo
GMT
Idéologie
Interview
Jubilé
Le Président
LE PARTI DES JEUNES & DES INTELLECTUELS
Arme de la Construction Massive

HISTORIA

Chine – Afrique : les grandes réalisations

Janvier 2001. Jacques Chirac, président de la République française, bat le pavé à Yaoundé où il co-préside, avec Koffi Ata Anan – le tout premier Noir, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (Onu), d’origine ghanéenne, pays du panafricaniste Kwamé N’Krumah – le n-nième sommet de sa « France-Afrique ».
Concomitamment et de mémoire, c’est Laurent Désiré Kabila – le Mzee du Katanga, formé dans le lignage de l’immortel Patrice Emery Lumumba - qui sera assassiné. Après avoir laborieusement chassé, quelques années auparavant, le dictateur Mobutu Sese Seko. Victoire, ou plutôt, Apothéose de ladite… Françafrique ? A l’Histoire de nous le dire un beau jour ! Même si, présentement, rien ne nous édifie, formellement ou un tant soi peu, sur les mobiles exacts de cet assassinat, si peu élucidé…
Revenons à présent au milieu géographique où se tient précisément le sommet précité de Chirac : le « palais des congrès de Yaoundé ». Pour relever que les assises de ladite « Françafrique » ont bel et bien élu pour domicile, le fringuant édifice construit par les… Chinois !
Ce qui, de facto, constitue l’aveu, le plus cinglant, que « la puissance coloniale n’a rien construit du tout, et ce, après plusieurs décennies de régence de ce Triangle camerounais où, cependant, elle trouve utile de revenir et de battre bel et bien le pavé »
Autant de « points de suspensions », précisément en vigueur. Voire, lorsque, douze (12) années plus tard, après ledit « sommet de la honte », le nouveau Président chinois, Xi Jinping, entreprend, en 2013, de visiter cette Afrique. En réservant audit Continent, l’un des plus riches et des plus martyrisés après tant de siècles d’esclavage, le signal, plus que fort ! Relatif à ses plus qu’incontestées… ‘grandes réalisations’ locales, formellement signées de cet « empire du milieu ».
Dès lors que, pour ce faire, la fringante Chine choisit de fouler, prioritairement, le sol de cette Afrique, par un si vibrant Hommage à l’une des Icônes, impavides, du Panafricanisme triomphant, Julius Nyerere (1922-1999) : le précieux Mwalimu (Instituteur). Père de la libération de la plupart des territoires de l’Afrique australe. L’un des pères fondateurs de cette Union africaine (Ua) dont nous célébrons, en 2013, le fulgurant Cinquantenaire (1963-2013).
- « Africa, Unite ! », semble réitérer la Chine. A la suite du reggae man, Bob Marley, de regrettée mémoire. En foulant prioritairement le sol de cette terre, tanzanienne qui, à jamais, fera honneur à notre Afrique.
Cette Chine de Xi Jinping qui, certainement, n’a pas raté son hommage, et à Mao Tsé Toung et à… Julius Nyerere, le Mwalimu continental. A ces deux valeureuses Icônes et de la Chine et de l’Afrique (de N’Krumah).
Rencontre inédite ! Coopération historique, en ces années 1970, ayant, en effet, jusqu’en date, permis la plus grande Réalisation chinoise en ladite Afrique : le « Tanzam ». Chemin de fer « Tanzanie – Zambie ». 1870 Km. 2000 ponts et viaducs. 147 gares !
Pour être plus précis, la deuxième « grande muraille », réalisée en dehors de la Chine !
Accomplissement, jamais concrétisé à l’extérieur de la Chine, et ce, avec les capitaux chinois ! Alors même que ladite Chine ne se signalait pas encore comme étant l’une des « puissances mondiales » sur qui compter, pour le Leadership et l’Harmonie futurs de la planète bleue terrestre.
Les médias, à n’en pas douter, auront certainement tout dit au sujet de cet ultime Voyage en Afrique, du tout nouveau Président de ladite « République populaire de Chine ».
Historia se permet de compléter d’aussi criardes omissions, en rendant grâce à cet « Empire du milieu », ayant cru devoir honorer… Julius Kambarage Nyerere.
Pour, en effet, sa plus… « grande réalisation » en Afrique, dénommée « Tanzam ».
Projet qui, de 1970 à 1975, aura utilisé quelque 15.000 Chinois et plus de 40.000 Africains.
Cheville ouvrière de certaine lutte, historico-héroïque, anti-apartheid. Ayant sublimé le noble combat des quatorze (14) « pays de la ligne de front ». Ultimement contribué à la fin de cet Apartheid : l’un des honteux bastillons de la spoliation injustifiée de la condition humaine sur la Terre des Hommes.
Indiquant fermement à cette France, à travers le futurisme de ce Palais des congrès – réalisé de main de Maître par l’Empire du milieu – où elle se réfugie, des décennies plus tard, que son « aventure coloniale n’a rien construit du tout » ! Ouais !

Daniel Boo           




GMT

Récentes Publications:

Copyright©2005 PDF. Tous droits réservés.