PARTI DES FOURMIS
PDF
PEOPLE'S DEMOCRATIC FRONT  
Accueil
Actualité
APRICOSOMA
Archive
Archive (2012)
Archive (2013)
Archive (2014)
Contact
Credo
GMT
Idéologie
Interview
Jubilé
Le Président
LE PARTI DES JEUNES & DES INTELLECTUELS
Arme de la Construction Massive

HISTORIA

UNE PIERRE DENOMMEE «UNIFECAM»

     26 juillet 1963 – 26 juillet 2013. Cinquantenaire du Décret présidentiel portant création de l’Université fédérale du Cameroun, en abrégé, UNIFECAM1.
Construction en béton coulé2; ses jardins verts; le caractère agrémenté de ses façades granitiques.
     - Dieu, mais, quel bunker futuriste, érigé sous nos tropiques! A flanc de coteau! Terrasses en courbes de niveau, paliers aménagés, sous climat avenant, Yaoundéen – et doucereux…
     Un demi-siècle après3, la « mère » incontestée des Universités camerounaises4 continue tranquillement à refléter, mieux encore, à témoigner de la hauteur de la barre; à trahir, dans tous les cas, la puissance de l’Idée, nourrie à l’époque, par le père de l’Indépendance et de la Réunification du Cameroun : Ahmadou Ahidjo, r.i.p.
     A certifier les espoirs, originels, de cet Homme de chez-nous, en la jeunesse de son pays. Son crédit de confiance, pour son Intelligentsia, en la route, si brouillée, parfaitement brumeuse, incertaine à tout le moins, face au plus grand des Défis connus : le Développement
     Pierre vivante de l’espoir; pétillance de la foi – en ce béton qui respire et qui, en son silence, latin et retiré, continue, 50 ans après, à décliner ce qu’il a toujours eu à dire, en son fond positif d’esprit constructeur, au sens néo – testamentaire ci-après parodié : «sur cette pierre, je bâtirai mon pays!5»
     Convergence matérielle, vers le mythique «Amphi 700» : théâtre exclusif des hommages académiques. Rêve suprême de chacun des «gardiens» dudit Temple, maîtres des amphithéâtres, faisant rêver tant d’esprits. «Point focal» incontesté, à partir duquel, se diffuse, généreusement (et sans discontinuer), le magnétisme tranquille de l’antique Trilogie universelle : agora, science et géométrie!...
     Piédestal intellectuel, opportunément érigé! Ultimement souligné par le Pontife romain, Jean – Paul II, de regrettée mémoire, lors de sa toute première visite : sa mémorable Rencontre6 avec les Intellectuels du Triangle national, en ce golfe de Guinée :
     - «Universalité de l’Université», aura martelé ce jour, à Yaoundé, le Pontifex maximus romain qui, à l’instant, accordait son onction suprême à ce «four où cuit le pain de l’Humanité». Témoin de la grandeur de l’Homme. Laboratoire culturel, intégrateur, bien au-delà de l’espace situé. Socle avéré : artisan du rayonnement des nations. Promoteur permanent de l’évolution des peuples…
     Quatre (4) années après la pose précitée de la première pierre, Ahmadou Ahidjo, ce 13 novembre 1967 (dimanche), inaugurait l’actuel campus de Ngoa Ekellé...
     Pourquoi ne pas s’arrêter, un seul instant, pour révérer, 50 ans après, «celle-là qui enfanta les autres, en se ‘numérotant’ elle-même, humblement et chemin faisant; pour devenir en date l’Université de Yaoundé I»?...
     1946. Conférence des colonies françaises à Brazzaville, présidée par le Général de Gaulle : «l’accès des autochtones à tous les emplois; la suppression du travail forcé; l’instruction pour tous».
     Trois (3) revendications, politiquement atténuées, desdites colonies, ainsi formulées ce jour…
     1960. Mémorable saison des indépendances ouverte par le Cameroun, dès le 1er janvier. Trois (3) années après, c’est le Président Ahidjo qui, courageusement et sans escale, vise plus haut que lui-même! En le chapitre, stratégique, dénommé éducation : le Rubicond de l’enseignement supérieur franchi, il créait pour son pays, ce 26 juillet 1963, l’Université fédérale du Cameroun, en abrégé, UNIFECAM.
     Que dire du Rectorat Sosso, contemporain, sollicité depuis des mois, mais, raide et sec, dans son refus de «descendre, symboliquement parlant, du vélo, pour se regarder pédaler» ? Historia, produit de ce même Campus, s’insurge, par cette sortie, contre le massacre délibéré de ce bénéficiaire du décret discrétionnaire qui immole, aussi stupidement, la bien précieuse… mémoire collective!
     Haro, par ailleurs, sur les réformes de 1993, signées de Titus Edzoa, suppresseur délibéré du précieux «epsi7» - (aïe!). (Et quel effet boomerang pour ce prisonnier pluri-décennal, victime naturelle, chemin faisant, de son propre… venin!)…
     Disons enfin bravo, côté jardin, à autant d’Etablissements privés d’enseignement supérieur de nos villes qui, depuis lors, essaiment heureusement! Objectivement nourris de la sève de Ngoa Ekellé!
     Puissions-nous, dans l’avenir, planifier efficacement, pour projeter prospectivement, en programmant, stratégiquement, aux fins d’améliorer, effectivement et durablement, les conditions de vie du citoyen le plus excentré de tous.
     En l’occurrence, verser la contribution tant attendue de l’Intelligentsia nationale, à certain grand défi de l’émergence du Cameroun, envisagé pour tel horizon… 2035.

Daniel Boo           


  1. Précédemment logée à côté du Lycée Leclerc.
  2. Comme aucune autre après elle !
  3. Cet an de grâce 2013.
  4. Ce 13 août 1985 au Palais des congrès de Yaoundé.
  5. Environ 200 en date!
  6. Latinement dit : « Et super hanc petram edificabo res publicam meam ».
  7. La bourse des étudiants au sein des Universités d’Etat.




GMT

Récentes Publications:

Copyright©2005 PDF. Tous droits réservés.