PARTI DES FOURMIS
PDF
PEOPLE'S DEMOCRATIC FRONT  
Accueil
Actualité
APRICOSOMA
Archive
Archive (2012)
Archive (2013)
Archive (2014)
Contact
Credo
GMT
Idéologie
Interview
Jubilé
Le Président
LE PARTI DES JEUNES & DES INTELLECTUELS
Arme de la Construction Massive

HISTORIA

TERRITOIRE UNIQUE !

Réunification du Cameroun : 1er octobre, ou 11 février (1961) ? - « Question verte »!
Relative à certain plébiscite fourré, précisément tordu ! A l'origine de « deuil national », furtif et plus que fugace ! En effet ! Une (ou deux) larme(s) - et pas plus ! D'affliction - passagère (!). Face à l'amputation, effective, délibérée, de nos précieuses Terres ! Drôle d'humeur, plus qu'étrange ! Rapidement effacée, à titre définitif, huit (8) mois après ! Avec l'entrée en vigueur du « lot de consolation »! Les « effluves de joie » ayant, curieusement, à l'occasion, provisoirement été différées, pour cause de « deuil », par l'ordre régnant, en poste !
Que voilà le vrai « visage » de ce « 11 février », devenu, chemin faisant, « fête de la jeunesse »…
Alors même que, tout bien considéré, « il n'existe qu'un seul Territoire camerounais » : celui, défriché, par le Reich allemand du Kaiser Bismarck, depuis la signature du Traité germano-duala, ce 12 juillet 1884.
Les deux (2) cultures étrangères, la française et l'anglaise qui, par la suite, investiront le « berceau de nos ancêtres », revêtiront résolument (et malheureusement !) les obliques habits de nos deux (2) « plus grands communs diviseurs (pgcd) ». Incarnation, précise et claire, du principal… Ennemi local. Vecteurs incontestés de nos plus graves, nos profondes… divisions !
Et la langue allemande, de s'ériger, par une telle ruse, inattendue, de l'Histoire, en le Symbole éternel de notre Unité, territoriale et culturelle, tant recherchée…
Pour revenir au changement sus nommé d'Adresse - ayant domicilié plus loin ladite Réunification, à huit (8) mois des jérémiades si promptement étouffées, lancinante douleur relevant du basculement, froid et prémédité, de la portion indivis du Territoire camerounais vers le Nigeria - signalons que ce changement résulte de la décision, négociée et convenue, prise (sur notre dos et) à bureaux fermés, par les deux (2) colons précités ! Bénéficiant de l'active complicité de l'Onu ! Totalement contraire au décompte global sorti des urnes ce jour…
Puisse, en leçon de quoi, prendre fin, une fois pour toutes, la regrettable controverse, consistant à comparer le 1er janvier 1960 - Jour de notre Indépendance, si chèrement conquise, de haute lutte et sous le lourd tribut de sang versé - à ce 1er octobre, ayant dissimulé, plus que grossièrement, la grave escroquerie territoriale de 1961...
Insistons une fois de plus qu' « il n'existe qu'un seul Territoire camerounais ».
Avec pour effet patent, la mythique date du 10 mai 1957. Aurore, à juste raison ! Revêtu de son exclusif pesant d'or ! Appendice de la Rencontre, inédite et authentique, entre l'entité territoriale et l'entité étatique de notre cher et beau pays. Date de l'adoption, téméraire et courageuse, de nos actuels attributs de la Souveraineté - Devise, Drapeau et Hymne - survenue trois (3) années avant l'Indépendance précitée ! «Cas unique en Afrique ! »
Indiquant, matériellement, l'exception camerounaise qui, formellement, n'a jamais été colonie, ni française ni britannique.
La date de la création effective de la tendre, ô combien délicate, nationalité camerounaise.
Moment spécial, où l'Etat du Cameroun voyait le jour ! Entrant triomphalement dans le concert du droit universel…
Prétendre, à ce niveau, que la partie anglophone n'était pas concernée, c'est tomber simplement dans le piège pré-signalé de nos deux (2) « pgcd » : la France et la Grande Bretagne...
Ne surtout pas oublier, pour tout illustrer enfin, qu'à l'Indépendance des Usa, datée du 04 juillet 1776, ils n'étaient rien que 13, des 50 Etats actuels, à signer l'Independance Act de la « toute première Fédération du monde ». Les 37 autres ayant, humblement et par la suite, simplement adhéré à la Loi fondamentale desdites USA.
Autre élément d'éloquence : l'Unité de l'Allemagne. Opérée sous dissolution : l'absorption, pure et simple, de l'Allemagne démocratique par sa Con-sœur fédérale.
De la Rfa, l'on sera en effet passé ce lendemain à la même… Rfa ! Territorialement agrandie, sans autre polémique ! Chose avérée possible, et même, plus que convenable, au nom de la pertinence inattaquée, d'une part, du Fédéralisme triomphant. En raison, par ailleurs, du relief, parallèle, du postulat précité : « il n'existe qu'un seul Territoire allemand ».
(Qui, demain ou après, dirait mieux que cela ?).-

Daniel Boo                




GMT

Récentes Publications:

Copyright©2005 PDF. Tous droits réservés.